Mais quel est le secret des centenaires de l’île d’Okinawa ?

C’est indubitablement la nouvelle star de la presse médicale, des plateaux télé et de la littérature de la santé. Vous n’avez sans doute pas pu échapper à l’engouement autour du curcuma et ses bienfaits que l’on ne soupçonnait pas sur la santé. Simple « épice » qui relève le goût il y a à peine quelques décennies, le curcuma cachait bien son jeu ! Et ce sont les centenaires de l’île nippone d’Okinawa qui ont trahi son secret. Aujourd’hui, les merveilleux apports du curcuma sont connus de tous, depuis son influence sur notre longévité à son impact sur notre qualité de vie, au quotidien. Retour sur une enquête qui a déjà révolutionné la médecine moderne…

Okinawa : l’île où la longévité bat tous les records

Au gré de vos pérégrinations à Okinawa, île japonaise paradisiaque bercée par la mer de Chine orientale, vous aurez la belle surprise de croiser des séniors de 102 ans à vélo, en plein travaux de jardinage ou en petite foulée sur la plage. Aux dernière statistiques officielles, cette île de tous les miracles compte environ 54 centenaires pour 100 000 habitants, soit environ 760 centenaires pour un peu moins de 1,5 million d’habitants… un record mondial ! Mieux : c’est à Okinawa que l’on retrouve la majorité de ceux que l’on appelle les « super centenaires » (personnes de 110 ans et plus). Vous vous en doutez, ces chiffres ont attisé la curiosité de la sphère médicale et scientifique qui aspire toujours à percer le mystère de l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé

Les chiffres éloquents de la santé des Okinawaïens

Avant d’être la capitale mondiale des super centenaires, Okinawa est d’abord une exception nationale au Japon… un pays où l’espérance de vie est pourtant déjà remarquablement élevée ! En effet, le pays du Soleil-Levant est le n°1 mondial de la longévité. Pourtant, la moyenne nationale est loin d’égaler celle de l’île. De plus, les séniors okinawaïens surclassent très largement leurs pairs ailleurs au Japon mais aussi dans le monde entier en matière de santé. Les chiffres sont en ce sens éloquents :

  • Ils ont 5 fois moins de maladies graves affectant généralement les pays développés (maladies cardiovasculaires, neuro-dégénératives et cancers) ;
  • Ils sont 80% moins touchés par les infarctus comparativement aux autres pays développés ;
  • A Okinawa, la fréquence des troubles neurologiques est de 6,7% pour les plus de 90 ans contre 40 à 77% dans les pays développés ;
  • Absence quasi-totale de rhumatismes, de surpoids, de diabète, de carences minérales, de déficits hormonaux, d’altération fonctionnelle des organes digestifs, etc.

Nous avons gardé le meilleur pour la fin :97% des centenaires d’Okinawa sont en excellence santé !

Naturellement, ces écarts aberrants entre l’île d’Okinawa, les autres contrées nippones et le reste du monde, ont conduit la communauté scientifique à multiplier les études pour comprendre la longévité hors norme et la santé de fer des Okinawaïens.

Comment la piste génétique a été écartée…

Le professeur Makoto Suzuki, cardiologue et gériatre japonais, est le premier à avoir manifesté un vif intérêt autour de l’étonnante longévité des habitants d’Okinawa. Le premier défi était d’écarter la piste du facteur génétique. Pour cela, il eut la brillante idée de comparer la santé et l’espérance de vie des Okinawaïens locaux à celles des 120 000 Okinawaïens expatriés au Brésil. Verdict : les « Brésiliens » vivaient, en moyenne, 17 ans de moins que leurs compatriotes qui résident toujours à l’île. Ils sont aussi significativement plus atteints de surpoids, de diabète, d’hypertension, de cholestérol, de cancers, de troubles neuro-dégénératifs et de maladies cardiovasculaires. CQFD.

La longévité et la santé de fer des Okinawaïens ne sont donc pas liées à un prétendu facteur génétique. Il a donc fallu creuser du côté du mode de vie des habitants de l’île pour percer le secret.

Comment la piste génétique a été écartée…

Le professeur Makoto Suzuki, cardiologue et gériatre japonais, est le premier à avoir manifesté un vif intérêt autour de l’étonnante longévité des habitants d’Okinawa. Le premier défi était d’écarter la piste du facteur génétique. Pour cela, il eut la brillante idée de comparer la santé et l’espérance de vie des Okinawaïens locaux à celles des 120 000 Okinawaïens expatriés au Brésil. Verdict : les « Brésiliens » vivaient, en moyenne, 17 ans de moins que leurs compatriotes qui résident toujours à l’île. Ils sont aussi significativement plus atteints de surpoids, de diabète, d’hypertension, de cholestérol, de cancers, de troubles neuro-dégénératifs et de maladies cardiovasculaires. CQFD.

La longévité et la santé de fer des Okinawaïens ne sont donc pas liées à un prétendu facteur génétique. Il a donc fallu creuser du côté du mode de vie des habitants de l’île pour percer le secret.

Le curcuma d’Okinawa : l’histoire d’une révélation retentissante !

Comme les Okinawaïens, les Japonais des autres régions du pays sont eux aussi friands de fruits et légumes, d’algues et de poissons. Ces habitudes alimentaires ne sont donc pas de nature à expliquer la chose. Après des années d’études minutieuses et d’observations sur le terrain, les scientifiques ont pu isoler l’aliment mystère : les habitants d’Okinawa consomment énormément d’un curcuma qu’ils cultivent et récoltent trois fois par an sur leurs terres, ce qui n’est pas le cas ailleurs au Japon. Couplé à leur régime alimentaire traditionnel, le curcuma leur apporte des effets thérapeutiques décuplés, préservant ainsi leur santé sur la durée. Cette révélation ouvre à nous, occidentaux, une voie royale pour vivre aussi plus longtemps et toujours en très bonne santé !

Contactez-nous !

[contact-form-7 404 "Not Found"]